boit du rouge, broie du noir

24 avril, 2007

Ainsi font, font, font

Classé sous Non classé — mademoizelle @

Ainsi vont font donc
les terribles fabulettes
quand nous nous cachons
derrière nos vices à l’aveuglette

mon crâne va exploser
sortez, sortez les sornettes
mon coeur abandonné
quartette décomposé

Ainsi vont font donc
les ignobles margoulettes
quand nous les laissons
marteler nos petites têtes

Et elles aboieront
jusqu’à nous faire perdre la tête
Et elles auront raison
de nous pauvres marionnettes

22 avril, 2007

le tout n’importe rien…

Classé sous Non classé — jean alamass @

En méditation:

Je plonge.

Nuits blanches glacées,

des étoiles adossées à l’insomnie,

les ombres voilées, fébrile lumière ;

on ne distingue que le flou de cette abîme.

C’est mon tour de garde ce soir,

c’est moi qui plonge.

je dois pénétrer au dedans de moi.

une fois de plus, la fois de trop,

cent fois depuis des mois,

Je plonge en dedans.

pour voir, pour sentir,

réflexe de l’agir;

volonté de vivre.

Concentration, isolement

Et Plus rien n’est

Tout prend sens.

Rien n’est plus mort

Que cet instant de rien…

19 avril, 2007

Hommage à Jean, grand buveur de 8.6 en masse.

Classé sous Non classé — mademoizelle @

 

http://www.dailymotion.com/video/X92KBshMXmTrI4E2O

18 avril, 2007

chérie, ho ma chérie!!

Classé sous Non classé — jean alamass @

Je désire la moelle de ton être, chérie. N’aie crainte ; je conduis le wagon qui nous y mène , sans escale, en première.

C’est la classe chérie, voyager en première. Sur le train de la vie, Je t’embarque. Cramponne toi, serre moi fort et ferme les yeux. Je me sens voler sur tes ailes de courage. Tu ries de moi, chérie, mais je t’aime et j’aime croire que tu m‘aimes aussi.

Tu ne veux que l’aller et je t’offre l’amour en retour. Ne vois tu pas que je souffre de toi chérie ? A trop vomir ton silence, mes tripes se vident. En un sens , je meurs de toi chérie. Tu m’offres au destin, tu te dédouanes mais moi je t’aime et j’aime croire que tu m’aimes aussi.

Je m’éloigne du quai chérie. D’un souhait de fée, tu m’y conduis. Ton cœur froid trace en moi le sentier meurtri. Je l’emprunte, chérie, car je t’aime et j’aime croire que tu m’aimes aussi.

Et j’en mourrai, chérie. Et tu en riras, toi; puisque tu aimes croire que je ne t’aime pas….

chérie.

13 avril, 2007

lipsssssss

Classé sous Non classé — mademoizelle @

lips.jpg

Ton air froid glacial sans âme dans le vague
oeil noir tu ne me vois pas
puisque tu n’as pas d’histoire
figée à tout jamais sur ce bout de papier
comment faire pour t’animer comment te faire me regarder
te plaire sans te toucher te peindre sans te froisser

 

12 avril, 2007

computer in your mind

Classé sous Non classé — jean alamass @

 

 

 

le lecteur de pensée

emoticone

J’aime ça…

Classé sous Non classé — mademoizelle @

très chère toi,

Je ne te répondrai donc pas puisque je ne recevrai pas ta lettre,
mais je te vis, je te sens, je te vois et tu es là.

Et j’aime quand tu es là, près de moi, à m’observer sans rien dire,
tes yeux qui se plissent et ce sourire, un brin de malice juste pour rire.
Tes idées sur tout et rien, ton silence le matin, tes questions sans lendemain
tes préoccupations du quotidien, ton envie de framboise comme ça pour rien.

ta curiosité bien culottée, ton enthousiasme cet air enjoué
ta manière de te raconter, les moments tranquilles posés
quand tu parles pour m’écouter, tes non-dits pour m’expliquer
ta retenue dans mes excès, ton air sérieux pour me croquer….

et oui j’aime tout ça… et bien pire encore emoticone

10 avril, 2007

un regard

Classé sous Non classé — mademoizelle @

voilee.jpgplus de doute pour ce soir
plus de raison non plus d’y croire
éternel cauchemard bordé d’idées noires
elle reste là pétrifiée peur d’y voir

sur cette note pas d’espoir
pas le temps d’un au-revoir
un regard…

8 avril, 2007

les rêves parlent d’eux mêmes

Classé sous Non classé — jean alamass @

Nous sommes nos propres rêves.

Je me sens meurtri dans un chagrin tenace à triple faces : celui de vivre et de ne pas aimer; d’être aimé et de ne pas le vivre; de ne pas l’être mais de le croire.

Je m’endors le coeur souillé par les attraits perfides d’une passion non vécue…c’est ainsi que je vous dévoile l’ogre récent de mes nuits. Depuis quelque temps, je cauchemarde sur les pires tableaux sensuels et inimaginables. Toutes ces reines de beauté, chancelantes et difformes; ces bonnes à baiser dansent nues entre mes draps, se calquent à mon rêve, l’investissent et m’y voient tellement sexy, réclament mon corps, en jouissent à leur guise jusqu’à épuisement du rêve.

Une fois Réveillé, je me retrouve étonnement intact comme le souvenir nocturne qui perdure…

Sans aucunes altérations de leurs illusions, réminiscences implacables , les corps de mes « femmes » se trémoussent de plus belle dans ma tête. Je les devine mieux encore les yeux ouverts, le cerveau en éveil, mes sens conscients du désir…

comment ne pas succomber a la masturbation matinale après cette affaire ? Ma verge naturellement tendue au réveil n’a nul besoin d’être secouée comme un oranger andalou! La sève, que mes conquête du royaume de Morphée promettait de se délecter coule d’un jet retenu mais libérateur après tant de faux ébats nocturnes…

C’est grave docteur ?

5 avril, 2007

trente ans de temps

Classé sous Non classé — jean alamass @

aujourd’hui, j’ai 30ans………………………… Et alors?

Je vous emmerde!!!!

laissez mon âge là où il ère; ce menteur m’indiffère…

 

1...34567

La vie d'une copropriété |
humanisons la terre |
El Suizo Boludo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | calypsat
| A la Recherche de Soi
| 33 hectares d'espace nature...